71049037_131075471614777_3482034126939226112_n

 

Le vaudou (ou vodou, ou vodoun, ou encore voodoo), plus rarement appelé vaudouisme, est une religion originaire de l’ancien royaume du Dahomey (actuel Bénin ). À partir du xviie siècle, les Hommes capturés, réduits en esclavage, originaires de cette région d’Afrique répandirent le culte vaudou aux Caraïbes et en Amérique. Le vaudou se retrouve donc sous différentes formes à Cuba, à Haïti, au Brésil ou encore aux États-Unis, en Louisiane surtout.

Le mot vaudou provient du terme vodoun de langue fon. Le « n » final de vodoun, quasi inaudible, fut retiré, donnant ainsi le terme vaudou, ayant plusieurs orthographes selon les pays en fonction de ce que les colons ont phonétiquement rapporté. Le terme vaudou n’existe d’ailleurs pas au Bénin et c’est bien le terme de langue fon qui est employé pour désigner cette pratique[2]. Le vaudou désigne l’ensemble des dieux ou des forces invisibles dont les hommes essaient de se concilier la puissance ou la bienveillance. Il est l’affirmation d’un monde surnaturel, mais aussi l’ensemble des procédures permettant d’entrer en relation avec celui-ci. Le vaudou correspond au culte yoruba des Orishas. De même que le vaudou est un culte à l’esprit du monde de l’invisible. À chaque ouverture, le prêtre vodoun demande l’aide de l’esprit de Papa Aihahou pour ouvrir les portes des deux mondes.

Le vaudou vient des croyances de certaines tribus/castes africaines qui se sont répandues et déformées par l’acculturation d’un christianisme dominant en Amérique et la violence de l’esclavagisme négrier, croyances qui étaient d’ailleurs elles-mêmes rejetées à l’origine par d’autres tribus/castes africaines voisines : il s’agit d’une « magie » se voulant maléfique et, en Afrique, cachée, car représentant des « valeurs décadentes » pour la majorité des Africains bien avant l’arrivée des Européens.

Le mot vaudou provient du terme vodoun de langue fon. Le « n » final de vodoun, quasi inaudible, fut retiré, donnant ainsi le terme vaudou, ayant plusieurs orthographes selon les pays en fonction de ce que les colons ont phonétiquement rapporté. Le terme vaudou n’existe d’ailleurs pas au Bénin et c’est bien le terme de langue fon qui est employé pour désigner cette pratique[2]. Le vaudou désigne l’ensemble des dieux ou des forces invisibles dont les hommes essaient de se concilier la puissance ou la bienveillance. Il est l’affirmation d’un monde surnaturel, mais aussi l’ensemble des procédures permettant d’entrer en relation avec celui-ci. Le vaudou correspond au culte yoruba des Orishas. De même que le vaudou est un culte à l’esprit du monde de l’invisible. À chaque ouverture, le prêtre vodoun demande l’aide de l’esprit de Papa Aihahou pour ouvrir les portes des deux mondes.

Le vaudou vient des croyances de certaines tribus/castes africaines qui se sont répandues et déformées par l’acculturation d’un christianisme dominant en Amérique et la violence de l’esclavagisme négrier, croyances qui étaient d’ailleurs elles-mêmes rejetées à l’origine par d’autres tribus/castes africaines voisines : il s’agit d’une « magie » se voulant maléfique et, en Afrique, cachée, car représentant des « valeurs décadentes » pour la majorité des Africains bien avant l’arrivée des Européens.

Avec la traite négrière, la culture vaudoue s’est étendue à l’Amérique et aux îles des Caraïbes, notamment Haïti

Contactez nous pour en savoir plus
Vodoun Dan
La religion animiste traditionnelle reste très présente dans la vie des Béninois. Dans le SUD BENIN, elle est pratiquée sous le nom de VODOUN dont le culte garde aujourd’hui encore une grande vivacité dans les communautés Noires transplantées par la traite négrière dans les Iles Caraïbes et en Amérique Latine. Les prêtres du culte VODOUN constituent un véritable clergé bien hiérarchisé.

DAN est le vodoun du bonheur et de la richesse totale. DAN peut rendre un homme riche ; il peut également faire péricliter ses affaires s’il n’observe pas strictement les préceptes du vodoun (interdits alimentaires, conduite morale et sociale, etc.). Le vodoun DAN est abrité dans ses jarres qui contiennent les attributs non extérieurs du vodoun et que les non-initiés ne peuvent voir.

Contactez nous


Vodoun Gou
C ’est la divinité des forgerons, des chasseurs ou de tous ceux qui manipulent le fer ou les armes en fer. C’est un dieu représenté par un amas de ferrailles. Il protége mais il peut punir également par des accidents sanglant.

 

Contactez nous
Vodoun Legba
Il est matérialisé par une motte de terre plus ou moins géante érigée souvent à l’entrée des villages, des maisons ou au cœur des marchés. Il est censé apporter protection, paix et prospérité, il peut également punir.

Contactez nous